Au cœur de la réserve de biosphère du delta du Saloum par les artères du Sénégal naturel et culturel : JOUR 6

Jour 6 : Découverte de la Langue de Barbarie


Motivations du participant :
- Recherche d'authenticité naturelle et de nouvelles connaissances
- Contribuer à la sauvegarde de la nature.

Principales attractions :
- Ecosystème fluvio-maritime exceptionnel représentant une étendue de terre en forme de langue tendue entre l’océan et le fleuve : un cas unique au monde
- Milieu calme, isolé d’une beauté naturelle
- Phénomène remarquable : embouchure lieu de jonction entre le fleuve et l’océan
- Observation d’oiseaux : variété des espèces, espèces remarquables, grande concentration des espèces et faciles à voir
- Possibilité d’activités balnéaires
- Hébergement en pleine nature (bivouac en communion avec la nature sauvage)
- Site abritant un parc national
- Découverte du site le plus méridional de nidification
- Guide dynamique et instructif.

Présentation :
La Langue de Barbarie est formée par un dépôt d'origine alluviale de 65 ha à partir du cimetière musulman de Guet Ndar jusqu'à l'embouchure. Orientée Nord-Sud, elle sépare le fleuve Sénégal à l'ouest et l'océan atlantique à l'Est.

Son paysage se caractérise par une vaste plage de sable de 20 km bordée de filaos et sur la façade fluviale d'une frange d'arbustes serrés. Le relief est très peu accidenté et constitué d'un cordon littoral sablonneux. La durée d'insolation est estimée sur neuf mois.

C'est un écosystème fluvio-maritime exceptionnel, représentant une bande de terre en forme de langue tendue entre l'océan et le fleuve, un cas unique au monde.

La Langue de Barbarie est conquise dès le XVIème siècle par le navigateur portugais Denis Dias. Elle doit son nom au figuier de Barbarie qui poussait autrefois sur cette bande de sable.

La Langue de Barbarie abrite une partie du Parc National des Oiseaux de la Langue de Barbarie créé en 1976. Elle s'étend sur une superficie de 2000 ha dans un paysage estuarien d'une beauté exceptionnelle. Le parc est constitué d'un écosystème varié et favorable. Les deux attractions naturelles que nous allons visiter sont l'embouchure et l'îlot aux oiseaux.

L'embouchure :
C'est une jonction entre le fleuve et l'océan, formant ainsi une unité d'étendue d'eau, dont les eaux ne se mélangent jamais. Elle représente l'extrémité Nord de la langue de sable s'étirant progressivement vers le Sud (jusqu'au quartier des pêcheurs de Guet Ndar). Le bout de la langue est la principale attraction touristique du parc du fait de son panorama exceptionnel et des importantes concentrations d'oiseaux migrateurs, pélicans gris ou blancs, flamants, limicoles...

L'îlot aux oiseaux :
Placé au milieu du fleuve à 5-7 km de l'embouchure, c'est une île d'environ 100 à 120 m de diamètre. Elle est colonisée par des graminées, des herbacées rampantes et des arbustes. De janvier à août des milliers d'oiseaux de plus d'une douzaine d'espèces s'y reproduisent.

 

Pour plus d'infos et d'images, voir Parc national des oiseaux de la Langue de Barbarie

Activités :
Tôt le matin, après le réveil et le petit déjeuner, nous embarquerons à bord d'une pirogue pour descendre le fleuve Sénégal jusqu'à l'embouchure. Le trajet durera environ 2 heures et sera très instructif car nous serons émerveillés par la variété des paysages. Ce premier trajet fluvial vers l'océan est calme et agréable. Nous pourrons contempler les oiseaux tels que les goélands, pélicans, colibris, mouettes, hérons, aigrettes, cendrés et autres cormorans.

Sur les rivages, nous apercevrons les villages environnants dont certains mauritaniens faits par des tentes.

En poursuivant notre découverte vers l'embouchure, nous observerons les groupes de flamants et de pélicans, qui, à notre approche, s'éloigneront en un vol majestueux. Mais nous éviterons tout accostage afin de ne pas déranger les nicheurs. Sous la protection du cordon de sable de la Langue, nous évoluerons lentement vers l'îlot aux oiseaux. Nous croiserons probablement des pirogues revenant de leur campagne de pêche.

Juste avant la barre, vous pourriez contempler la beauté d'un site salin et sableux. Nous jetterons l'ancre, et à pied, sur les plages intérieures de la Langue de Barbarie (du bord du fleuve), à l'abri des courants, vous pourrez apprécier l'apaisement des eaux.

Nous arrivons à l’embouchure, où le fleuve se jette dans la mer. A cet endroit, le chenal est très étroit et les sables mouvants rendent le lieu dangereux. La mer, sur 500 mètres, prend la couleur marron des eaux du fleuve. Un panorama exceptionnel s'offre à nous. Nous pouvons aussi apprécier la forte concentration d'oiseaux, pélicans gris et blancs, flamants, limicoles...

C'est la fin de la visite et nous retournons au camp base pour prendre notre déjeuner et reprendre le véhicule en direction des îles du Saloum. Le véhicule nous transportera jusqu’à Soucouta où nous serons transférés en pirogue jusqu’au village de Sipo. De là, nous rejoindrons le campement à pied. Arrivés au campement, nous ferons une petite présentation puis rangerons nos bagages avant d’aller dîner.

 

Sénégal nature et culture en images


Photos du Sénégal proposées à tous ceux qui rêvent de ce beau pays. EcoPhotos

EcoVidéos


Vidéos du Sénégal proposées à tous ceux qui rêvent de ce beau pays. EcoVidéos
artdeco-h-328x140-4.jpg