Chez le Phaéton et dans l'univers mythique des peuples de la mer : JOUR 5

Jour 5 : Rites du grand tuuru de Mame Ndiaré


Motivations du participant :
- Recherche d’authenticité culturelle et de nouvelles connaissances
- Rencontre avec les peuples
- Voyager équitable et responsable
- Contribuer à la sauvegarde des cultures.

Principales attractions :
- Organisation de manifestations et cérémonies culturelles traditionnelles
- Découverte de sites sacrés, légendaires et mythiques
- Rencontre avec les populations indigènes
- Culture pleine de subtilité
- L’existence de populations autochtones traditionnelles, hospitalières
- Découverte d’un peuple conservateur
- Guide dynamique et instructif.

Activités :

Mame Ndiaré, génie protecteur de Yoff, est honoré par un tuuru organisé annuellement. Cette manifestation communément appelée tuuru commémoratif ou grand tuuru est un rituel qui marque l'indépendance du village de Yoff des habitants de Cayor. Celle-ci est acquise grâce à l'appui de Mame Ndiaré. La date du tuuru est indéterminée car c'est Mame Ndiaré qui entre en contact avec certaines personnes pour les inciter à la préparation.

Après une nuit calme, nous nous réveillerons pour prendre un petit déjeuner. Sept coups de tam-tams ne tarderont pas à nous annoncer le début de la cérémonie. Guidés par le son des tam-tams, nous irons y assister avec enthousiasme.

Nous nous rendrons à la maison de la famille organisatrice d'où la procession va prendre le départ pour les différents sites qui représentent chacun une étape du tuuru. En effet, le tuuru dédié à Mame Ndiaré, génie protecteur du village de Yoff, comprend cinq étapes principales attachées chacune à un site particulier : Dieuw, Dieufougne, Keusoupe, Kheutgue et Soussegue. Ces lieux sont liés à l'histoire de deux rabs qui ont contribué à l'indépendance du village de Yoff : Mame Ndiaré et Mame Woré Moll ainsi qu'à l'histoire d'un habitant de Yoff qui fut aidé par un djinn qui est un esprit, un être surnaturel. Nous tâcherons de ne manquer à aucune étape.

Dieuw
Avant le départ pour les cinq sites, les officiants iront se préparer dans la maison de la famille organisatrice. Les prêtresses se pareront de nombreux gris-gris, que ce soit des ceintures, des bracelets, des colliers ou des éléments dans leur coiffure. Lorsqu'elles seront prêtes, des danses et des chants au rythme des tam-tams dédiés au rab accompagneront la procession jusqu'à Dieuw, demeure de Mame Ndiaré. La procession sera conduite par une femme de la famille organisatrice qui remplit le rôle de grande prêtresse, mais d'autres prêtres et prêtresses des rites de possession par les rabs seront présents.

Dieuw est situé au cœur du village, dans le quartier de Ndénate, et est constitué de trois pierres posées à même le sable. Ces trois pierres sont soutenues par trois racines. Elles constituent le siège de Mame Ndiaré pour surveiller la mer et le village afin de prévenir les yoffois en cas d'agression. Elle s'assoit sur l'une des pierres et pose ses pieds sur les deux autres. Ces pierres symbolisent trois îles de la presqu'île du Cap-Vert : les îles de la Madeleine, l'île de Ngor et enfin celle de Yoff (Teunguène).

Arrivés à Dieuw, des femmes pilent le mil devant servir à préparer la pâte de mil, alors que des hommes se chargeront d'égorger les animaux à sacrifier. Pendant tout ce temps, le tam-tam ne cessera de résonner et les femmes de chanter et de danser pour honorer Mame Ndiaré. Les officiants font sept fois le tour des pierres avant de verser la pâte préparée et le sang des animaux sur les pierres. La viande des animaux sacrifiés est préparée pour tous les participants.

Après le déjeuner, la procession se poursuit au rythme de tam-tams et de chants en compagnie de tout le village en liesse jusqu'au deuxième site : Dieufougne.

Dieufougne
Dieufougne est le puits de Mame Gana Diop, cultivateur pauvre qui par la suite avait été rendu riche par un djinn. Ce puits est primordial dans la préparation des cérémonies en particulier et dans l'univers mythique des lébous en général. Il est situé à l'est, à la limite des quartiers Ndénatte et Tonghor, dans un large fond bordé de pierres au niveau desquelles a poussé un baobab. L'eau de ce puits est utilisée pour la préparation des offrandes.

L'ensemble du groupe s'organise en cercle autour du puits afin d'en faire encore sept fois le tour, sept étant le chiffre des rabs. Les tours se font au rythme du tam-tam. La prêtresse principale et ses assistantes tournent au plus près du puits et font les offrandes rituelles sur les parois du puits et le tronc du baobab. En plus de celles-ci, on compte dans le cercle, d'autres actrices qui ont au moins été une fois possédées par un rab. Elles sont toutes vêtues de la même manière. Ce cercle est disposé de sorte que chaque femme soit précédée de celle qui a été possédée bien avant elle. Elles ont une obligation morale de participer à cette danse sous les incantations des prêtresses accompagnées des battements des tam-tams et des acclamations des villageois venus assister à la cérémonie.

Après avoir fait les offrandes, l'eau du puits, considérée comme sacrée, est puisée et déposée à sa proximité où l'assistance vient s'en verser sur les pieds et sur le visage pour se purifier.

Après cette étape de Dieufougne, la foule continue sa marche en procession lente et très animée vers Keussoup.

Keusoup
La procession progresse jusqu'à la plage de Keusoup située sur une côte rocheuse. Au niveau des innombrables pierres qui jonchent le rivage, les offrandes sont déposées sur des rochers que seuls les initiés peuvent reconnaître car ne se distinguant pas des autres. Les bœufs offerts par un djinn à Mame Gana Diop provinrent de cette mer.

Après Keussoup, l'étape suivante est le site de Kheutgue.

Kheutgue
Kheutgue est une portion de plage située en face de l'île de Teunguène. C'est l'une des demeures du génie Woré Moll et est proche de Keusoup. Cette étape est assez brève. Elle marque une reconnaissance à Mame Woré Moll pour avoir prêté main forte à Mame Ndiaré lors de la bataille contre le Diambour. Ici les prêtresses jettent les offrandes (pâte de mil, lait caillé) dans les vagues pour qu'elles soient transmises au génie de l'île de Teunguène par la mer. Ceci se fait sous les regards et liesse de la foule. Celle-ci est à la fois spectatrice et actrice. Spectatrice parce qu'elle suit avec intérêt et passion les activités des prêtresses. Actrice parce qu'elle peut même aller jusqu'à entrer en transe et être le point de mire de l'assistance.

Nous continuerons la route vers la dernière étape, Soussegue. En cours de route, les prêtresses marqueront des temps d'arrêt de quelques minutes pour faire des offrandes à des génies extérieurs à Yoff (Sangomar, Saint Louis, etc.). Jetées dans les vagues, ces offrandes leur seront transmises par la mer.

Soussegue
Une marche d'environ 2 kilomètres sur la plage de Yoff, permettra à la procession d'atteindre le site de Soussegue. Ce site est situé complètement à l'est du village et est l'une des demeures de Woré Moll. Il est formé de cinq pierres : une centrale plus grosse, entourées de quatre plus petites sur lesquelles on verse les offrandes. Soussegue est la dernière étape du tuuru.

Avec Dieuw, demeure de Mame Ndiaré, les étapes de Kheutgue et de Soussegue, dédiées à Mame Woré Moll, permettent de commémorer la victoire de la bataille de Yoff contre le royaume du Cayor.

Le tuuru s'étale sur cinq jours successifs : du lundi au vendredi. Toutes ces cinq étapes sont effectuées le premier jour c'est à dire le lundi.

 

Pour plus d'infos et d'images, voir Les Lébous de Yoff
 

Sénégal nature et culture en images


Photos du Sénégal proposées à tous ceux qui rêvent de ce beau pays. EcoPhotos

EcoVidéos


Vidéos du Sénégal proposées à tous ceux qui rêvent de ce beau pays. EcoVidéos
Programme détaillé

10 jours / 9 nuits - Dakar / Dakar

Jour 1 : Arrivée à Dakar
Jour 2 : Découverte du Parc des Iles de la Madeleine
Jour 3 : Rencontre du Phaéton et des charmes de l'Ile
Jour 4 : Découverte de la mystérieuse île de Teunguène
Jour 5 : Rites du grand tuuru de Mame Ndiaré
Jours 6-7-8 : Festivités et manifestations culturelles
Jour 9 : La réception par la prêtresse
Jour 10 : Visite de la ville de Dakar et fin du séjour
La destination que nous vous proposons ne s'explique pas.
Elle se vit, elle se respire, elle s'observe, elle s'écoute et elle
se découvre
Dates de départ
Une seule date entre décembre et février
Le séjour sera organisé entre décembre et février de chaque année. Vous serez informer de la date exacte au plus tard 30 jours avant. En effet, cette date dépendra de la révélation que fera le génie Mame Ndiaré à la grande prêtresse concernant l'organisation du grand Tuuru.
Demandez un devis
Il n'y a aucune limite (budget, nombre de voyageur,  etc.) à ce que vous pouvez nous soumettre.
Informations pratiques
Code de conduite
Conditions de ventes
artdeco-h-328x140-1.jpg