GENIES PROTECTEURS - Lamb, Castel, Bang, Kayel, Thioupane, à chaque localité sa Coumba


GENIES PROTECTEURS - Lamb, Castel, Bang, Kayel, Thioupane, à chaque localité sa CoumbaCoumba Lamb (Rufisque), Coumba Castel (Gorée), Coumba Bang (Saint-Louis), Coumba Kayel (Ngaparou), Coumba Thioupane (qui règne jusqu'au Brésil), tous ces génies ont un nom commun : Coumba. Un nom qui suscite des interrogations de part et d'autres. Si les lébous de Rufisque estiment que c'est la même « Coumba », du côté de Yoff, cette thèse est battue en brèche. « L'indication Coumba montre seulement que le génie est une femme », défendent les Yoffois.

« Il n'y a qu'un seul génie du nom de Coumba. C'est celui de Rufisque du nom de Coumba Lamb Ndoye. Toutes les autres Coumba viennent d'elle », défend vigoureusement Pape Lave Ndiaye, trouvé dans son domicile à Rufisque (quartier Thiawlène). Dans ce village traditionnel lébou, réputé pour ses séances de « ndeup » et de « tuur s» (exorcisme), une petite ruelle nous mène à la demeure de Pape Laye Ndiaye, le détenteur de l'histoire du génie protecteur de Rufisque, Coumba Lamb. Vêtu d'un tee-shirt blanc et d'un jean délavé bleu, l'homme affiche un large sourire. Dans son salon où il reçoit, des photos de ses séances de « ndeup » forment le décor. Très à l'aise, il lance : « Cela fait douze ans que je m'occupe de l'héritage du génie Coumba Lamb. Il est le protecteur et le propriétaire de tout le département de Rufisque. » Cet homme de 48 ans, natif de la localité, parle des « Coumba » comme de ses proches. « Coumba Lamb de Rufisque, Coumba Bang de Saint-Louis, Coumba Castel de Gorée, appartiennent à la même famille, c'est le même génie », explique-t-il avec assurance. Ces trois Coumba sont les plus connues, mais il en existe d'autres. « Il y a aussi Coumba Kayel de Ngaparou ou Coumba Thioupane, et c'est le même génie que l'on retrouve jusqu'au Brésil où on l'appelle Ma Coumba. A Kaolack, on dit souvent Mbossé, mais c'est Mbossé Coumba Djiguène », clame-t-il pour montrer qu'il n'y a qu'une seule Coumba.

« C'est Coumba Lamb qui a changé son nom, à chacun de ses voyages »

Les propos de Pape Laye sont confortés par ceux d'Adja Oulimata Diop, fille de la célèbre Marne Fatou Seck, détentrice des clés du temple des esprits, connue pour ses séances d'exorcisme à Rufisque. Assise tranquillement dans sa chambre, au quartier Thiawlène, la vieille dame tient un éventail qu'elle fait bouger de temps à autre. Très prompte à parler de Coumba Lamb, elle se lève de son lit et lance sans hésiter : « Toutes les Coumba proviennent de Coumba Lamb de Rufisque. A Gorée, c'est Coumba Castel, à Saint-Louis, c'est Coumba Bang, à Kaolack, on dit Mbossé Coumba Djiguène. » Pourquoi autant de noms alors ? Cette septuagénaire soutient qu' « à chacun de ses voyages, Coumba Lamb a été prise par surprise par des passants. Ces derniers, à chaque fois qu'ils lui ont demandé son nom, elle le changeait. Dans chaque nom de génie, il y a le nom de Coumba. Car c'est d'elle dont descendent tous les génies protecteurs. Ce qui remonte à des siècles », ajoute-t-elle.
Elle soutient que ces génies ont toujours existé. « Ils existent depuis des siècles. Nos grands-parents ont toujours cru en ces pratiques et ont toujours cohabité avec ces esprits », dit-elle. Avec plus de précisions, Pape Laye avoue que Coumba Lamb est apparue au 13e siècle. Et qu'elle viendrait de la région du Sine (Fatick). « Ce sont nos grands-parents qui l'ont trouvée sur ses terres, donc ils étaient obligés de vivre ensemble », explique-t-il.

« Le nom Coumba montre seulement que le génie est une femme »

Une thèse battue en brèche par l'historien de Yoff, Oumar Ngalla Guèye. Trouvé dans son quartier Ndangagne, il explique que Coumba Lamb viendrait du Djolof et non du Sine pour rejoindre Rufisque. L'historien ne croit pas que Coumba Lamb, Coumba Bang, Coumba Castel représentent le même génie. « Chaque village a son propre génie. Coumba Castel, Coumba Lamb, Ndiaré Coumba ont chacune son fief. Ce n'est pas le même génie », défend-il avec fermeté. Le nom Coumba, selon lui, ne servirait qu'à différencier le sexe des génies. L'historien affirme que « Coumba » «veut dire que le génie est une femme». Il reconnaît, toutefois qu'ils appartiennent à la même famille. « Elles sont des cousines », explique-t-il. Une assertion qui entre en droite ligne avec les dires de cette dame qui a requis l'anonymat. Cette habitante de Yoff qui excelle dans l'organisation des séances d'exorcisme manque de tomber des nues à la question de savoir si les génies de Rufisque, de Saint-Louis et de Gorée étaient le même génie. « C'est totalement faux. Il y a un génie dans chaque localité. Elles appartiennent à une même famille certes, mais ce n'est pas le même génie. Ce sont justes des cousines et elles proviennent du Djolof et non du Sine », lance-t-elle avec détermination. « Je me demande qui vous a raconté une telle histoire. Cela ne tient pas », se désole-t-elle. Pourtant Adja Oulimata Diop de Rufisque persiste et signe. « C'est la même Coumba qui veille sur toutes les zones côtières. A Saint-Louis, elle prend le nom de Coumba Bang. Cela veut dire qu'elle est assise sur un banc et veille sur toute la région. Elle est toujours là où il y a de l'eau », tonne Adja Oulimata Diop. A la question de savoir comment un même génie peut veiller sur toutes les zones côtières. La dame confie : « Elle a des pouvoirs et est aussi rapide qu'un éclair. Et il peut arriver que dans différentes régions où même dans différents pays qu' il yait des éclairs en même temps. »

Un point en commun : « Ndiaré (génie de Yoff) est la fille de Coumba Lamb »

Les spécialistes des « Coumba » ont une divergence de vue, mais ont quand même un point de convergence. Ils soutiennent tous que Coumba Lamb a une seule fille nommée Ndiaré. « Le génie de Rufisque a enfanté celui de Yoff, Ndiaré », affirment-ils. Plus sûre d'elle, Adja Oulimata Diop révèle que « la fille de Coumba Lamb s'appelle Ndiaré Coumba Ndoye ». Pour appuyer les propos de sa collègue, l'historien Oumar Ngalla Guèye dira que « c'est vrai que Coumba Lamb est la mère du génie protecteur de Yoff, Ndiaré. Nous tirons cela de sources sures ». Parlent-ils avec le génie ? Pape Laye de Rufisque répond : « Nous entrons en contact avec eux lors des séances d'exorcisme que nous organisons chaque année. Le génie nous envoie des courriers pour nous dire ce qui va se passer tout au long de l'année. Et en retour, nous leur faisons des offrandes en égorgeant des chèvres et des bœufs. » Sous quelle forme ces courriers sont-ils envoyés ? Pape Laye sourit et lâche sur. Un ton moqueur : « C'est notre secret, nous ne pouvons pas vous le dire. Mais à coup sûr, nous parlons avec eux. » Réalité ou simple légende ! Allez savoir. En tout cas, dans l'imaginaire populaire, Rufisque, Saint-Louis et Gorée ont, chacun en ce qui le concerne, son génie tutélaire.

16 JANVIER 2014 L'OBSERVATEUR

 

Sénégal nature et culture en images


Photos du Sénégal proposées à tous ceux qui rêvent de ce beau pays. EcoPhotos

EcoVidéos


Vidéos du Sénégal proposées à tous ceux qui rêvent de ce beau pays. EcoVidéos
artdeco-h-328x140-3.jpg

EcoReportages

 

Ecotourisme : Niokolo Koba, à la découverte d’une riche réserve de biosphère

Le chef de l’Etat, Macky Sall, a bouclé un séjour de quatre jours dans la région de T...

 

Le Sine-Saloum, l'univers de la mangrove et des bolongs

Du Sénégal, on évoque souvent Dakar la tumultueuse ou Saint-Louis la coloniale, n’oub...

 

LES DIVINITES COTIERES - Dans les antres sacrés des Lébous

Le long de la côte du Sénégal, de Saint-Louis à la Casamance, il existe des divinit...

EcoVidéos

Voir la Vidéo
Voir la Vidéo
Voir la Vidéo
Voir la Vidéo