Conservation de la biodiversité : Le Ferlo érigé en réserve de la biosphère


Le Ferlo obtient un statut particulier. Il est devenu la 5è réserve de la biosphère du Sénégal. L’information est contenue dans un communiqué du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique. Le Sénégal a réussi à donner un statut particulier à une de ses zones de concentration de la biodiversité. Le Programme pour l’homme et la biosphère (Mab), au cours de sa 24ème session qui s’est déroulée du 09 au 13 juillet 2012, a reconnu le site du Ferlo comme une réserve  de la biosphère. « Le Conseil international de coordination (Cic) du Programme pour l’Homme et la Biosphère (Mab) a approuvé, au cours de sa 24ème session qui s’est tenue à Paris, du 09 au 13 juillet 2012, la proposition du Sénégal de désignation du site du Ferlo en tant que réserve de Biosphère, sous la dénomination de « Réserve de Biosphère du Ferlo », indique un communiqué du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique.

La réserve de biosphère du Ferlo, renseigne le communiqué, couvre une superficie totale de plus de 2.000.000 ha. Le site est caractérisé par la diversité de son habitat, de sa végétation, de sa biodiversité. On y retrouve des autruches à cou rouges, des gazelles et des oryx. « L’Unesco s’est félicitée de cette proposition bien préparée dans le cadre du Projet d’amélioration et de valorisation des services des écosystèmes forestiers (Pasef), dont elle était partenaire », poursuit le communiqué.

A noter que l’objectif de la création de la réserve de biosphère est d’établir un équilibre durable entre les nécessités parfois conflictuelles de conserver la diversité biologique, de promouvoir le développement économique et de sauvegarder les valeurs culturelles qui y sont associées. Après la réserve de Samba Dia de Fatick, en 1979, le Delta du Fleuve Saloum, 1980, le Parc du Niokolo Koba, en 1981, et le Delta du fleuve Sénégal - une réserve transfrontalière, en 2005 - le site Ferlo est le 5è site sénégalais à figurer sur la liste mondiale des réserves de la biosphère.

Ce classement  est aussi le fruit d’une collaboration entre divers acteurs, notamment le ministère de l’Ecologie et de la Protection de la nature, l’Unesco, le Fonds espagnol pour la réalisation des Objectifs du millénaire pour le développement (Omd). A cela, il faudra ajouter le Conseil régional de Matam, l’Agence régionale de développement de Matam, la  Commune de Ranérou, le  Conseil rural de Oudalaye et le Comité national Mab coordonné par le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique.

03 AOUT 2012  LE SOLEIL

 

Sénégal nature et culture en images


Photos du Sénégal proposées à tous ceux qui rêvent de ce beau pays. EcoPhotos

EcoVidéos


Vidéos du Sénégal proposées à tous ceux qui rêvent de ce beau pays. EcoVidéos
artdeco-h-328x140-3.jpg

EcoReportages

 

Ecotourisme : Niokolo Koba, à la découverte d’une riche réserve de biosphère

Le chef de l’Etat, Macky Sall, a bouclé un séjour de quatre jours dans la région de T...

 

Le Sine-Saloum, l'univers de la mangrove et des bolongs

Du Sénégal, on évoque souvent Dakar la tumultueuse ou Saint-Louis la coloniale, n’oub...

 

LES DIVINITES COTIERES - Dans les antres sacrés des Lébous

Le long de la côte du Sénégal, de Saint-Louis à la Casamance, il existe des divinit...

EcoVidéos

Voir la Vidéo
Voir la Vidéo
Voir la Vidéo
Voir la Vidéo