RECHERCHES SCIENTIFIQUES, ATTRACTION TOURISTIQUE... : Dindifélo concède un parc au chimpanzé


Le programme Usaid-Wula Nafaa a changé la position des habitants de Dindifélo. Le processus de mise en place d'un parc communautaire pour protéger le chimpanzé, l'animal le plus proche de l'homme, est un sentiment partagé, dans cette Communauté rurale. L'espèce, Pan troglodytes verus, intéresse les universités américaines, sénégalaises et les instituts internationaux de recherche, pour diverses raisons.

Le convoi quitte Kédougou aux alentours de 8 heures, ce 27 juillet 2010. Il engage une piste latéritique. Les voitures dansent sur les nids de poule. Elles roulent à vive allure. La végétation luxuriante et les écrins d'eau emprisonnés dans le tapis vert sont les ressorts d'atténuation de l'inconfort.

Après Bandafassi et Ibel, deux villages assis sur un trésor de marbre, le convoi bifurque à gauche. Un autre voyage commence. Les voitures abordent une plaine rocailleuse arrosée par une forte pluie. Le ciel est chargé de nuages. Un vent souffle sur une pente entrecoupée par les flaques d'eau. Les élévations et les descentes s'alternent avant Ségou. Au bout de 2 heures, les chaumières de Dindifélo pointent leur toit sous forme d'entonnoir ou triangulaire au pied de la colline. Elles sont surplombées par la chaîne de collines chargée d'arbres et d'arbustes. Le village doit son nom à sa position géographique.

« Dindifélo signifie au bas de la montage », nous renseigne le président de cette nouvelle Communauté rurale.

Au campement du village, la mise en place d'un parc communautaire reste une préoccupation partagée. Le président et le responsable de la biodiversité du projet Usaid-Wula Nafaa peaufinent les stratégies de mise en place d'une réserve communautaire.

« Nous voulons mettre en place ce parc pour préserver la biodiversité et aussi pour sauver le chimpanzé menacé », explique le Président de la communauté rurale, vêtu d'un « thioub » bleu frappé de rayures blanches. Le vent d'une conscience écologique souffle sur Dindifélo.

En 1982, les populations s'étaient farouchement opposées à la mise en place d'un parc. Entre-temps, des espèces comme le lion ont disparu. C'est seulement dans trois villages, qu'on rapporte avoir aperçu le roi de la forêt au cours des 3 dernières années.

Le partenariat Usaid-Wula Nafaa a fédéré les 7 villages autour de ce projet devant impulser une dynamique à l'éco-tourisme.

« La mise en place d'un espace aménagé doit être sous-tendue par de la recherche. Le parc aidera à la conservation de cette espèce et à la pratique des recherches », justifie le responsable du volet biodiversité du programme Usaid-Wula Nafaa, Cheikh Tidiane Touré.

La chercheuse espagnole, Liliane Pacheco passera 5 ans dans ce coin du Sénégal pour ses recherches sur ce chimpanzé. « Comme dans le parc national du Gombé, à Nairobi, si nous parvenons à familiariser ces singes avec la présence des personnes, le tourisme prendra son envol dans cette partie du Sénégal », prédit Ferran Guallar, un autre chercheur de l'Institut Jane Goodall spécialisé sur l'étude des singes, depuis 50 ans.

Les couloirs clairsemés seront reboisés, sur ces collines s'étirant sur plusieurs kilomètres. Des points d'eau seront exclusivement réservés aux espèces menacées. « Nous devons faire des sacrifices aujourd'hui, pour récolter les fruits demain. Lorsque le parc sera aménagé, les populations doivent limiter la cueillette des fruits qui constituent la base d'alimentation des chimpanzés », s'exprime le Président de la communauté rurale de Dindifélo, Tika Diallo.

Des universités américaines et l'Université Cheikh Anta Diop s'intéressent à ce sous-groupe de singes qui compte entre 300 et 450 individus, au Sénégal. Cette espèce a disparu au Bénin et au Togo.

« Ces singes sont menacés de disparition. Elles sont les plus proches de l'homme sur le plan génétique. Leur étude nous permettra de mieux connaître l'homme et la pharmacopée », confie le responsable du volet biodiversité du programme.

Les études biomédicales se servaient des chimpanzés. Les recherches ont rendu possible l'utilisation des échantillons génétiques ou des tissus des sujets morts de mort naturelle pour des applications médicales. Le génome humain et celui du chimpanzé présentent près de 99% d'homologie.

27 JUILLET 2010 LE SOLEIL

 

Sénégal nature et culture en images


Photos du Sénégal proposées à tous ceux qui rêvent de ce beau pays. EcoPhotos

EcoVidéos


Vidéos du Sénégal proposées à tous ceux qui rêvent de ce beau pays. EcoVidéos
artdeco-h-328x140-1.jpg

EcoReportages

 

Ecotourisme : Niokolo Koba, à la découverte d’une riche réserve de biosphère

Le chef de l’Etat, Macky Sall, a bouclé un séjour de quatre jours dans la région de T...

 

Le Sine-Saloum, l'univers de la mangrove et des bolongs

Du Sénégal, on évoque souvent Dakar la tumultueuse ou Saint-Louis la coloniale, n’oub...

 

LES DIVINITES COTIERES - Dans les antres sacrés des Lébous

Le long de la côte du Sénégal, de Saint-Louis à la Casamance, il existe des divinit...

EcoVidéos

Voir la Vidéo
Voir la Vidéo
Voir la Vidéo
Voir la Vidéo