FORUM DU DEVELOPPEMENT DURABLE - Le premier jalon d'une prise de conscience


AGIR pour une Afrique Durable (AGAD), en collaboration avec la Direction du Parc de Hann a, organisé dans le site même du Parc forestier, du 31 mai au 6 juin 2010, la 1ere Edition du Forum de l'Ecologie et du Développement Durable. Deux cents à cinq cents personnes ont visité quotidiennement les stands et assisté aux débats forum. Un coup d'essai à transformer en actes concrets.

L'eau saumâtre du parc forestier de Hann a laissé place à un plan d'eau bordé de hauts arbres qui font le bonheur des pélicans et autres oiseaux migrateurs. Le lac, sous ses habits neufs, réfléchit l'image d'une clairière en pleine forêt semi équatoriale. Il est difficile de trouver un poumon vert comparable dans une ville de Dakar où les crocs du béton mordent à belles dents dans le peu d'espaces verts encore existants. « Quelque part, quand on voit le développement de Dakar qui se dégrade, constate Mame Bineta Cissé secrétaire général de l'association Agad, initiatrice du Forum, il est légitime de se poser la question sur ce qui adviendra dans 50 ans. Aura-t-on encore un endroit où respirer. » Faisant face à la verdure du Parc, elle ajoute : « Je crois que vous avez fait le tour jusqu'au lac ? Depuis un mois, je suis émerveillée par la réaction des Dakarois qui entrent dans ce parc. Ils disent tous : Mon Dieu ! On se croirait en Casamance » Il ya donc nécessité de protéger cet endroit de la boulimie foncière caractéristique des temps d'aujourd'hui.

L'association Agad a donc sonné l'alerte et va battre le tambour pour un rassemblement de tous ceux qui ont conscience du danger qui menace le Sénégal à savoir la dégradation de l'environnement, de la qualité de vie et en même temps favoriser chez les jeunes la prise en compte du développement durable dans leur vécu au quotidien. Mais, il y a un amalgame autour de la notion de développement durable que veut lever la secrétaire générale Mame Bineta Cissé : « Certains nous disent : Oui c'est le ministère de l'Environnement et nous nous disons attention ! Erreur, le développement durable ne se limite pas à l'environnement. Il est transversal. Il concerne l'éducation, l'énergie, tous les secteurs de l'économie du Sénégal. Donc, il ne faut pas qu'on le restreigne au seul département de l'environnement ». Alors c'est quoi le développement durable pour les organisateurs du forum ? Réponse de Mama Bineta Cissé : « C'est d'abord une façon de se comporter qui commence par le savoir être, le savoir faire et qui finalement débouche sur la capacité de transmettre à nos enfants les valeurs qui leur permettent de vivre pleinement dans le Sénégal de demain. C'est aussi apprendre à nos enfants à respecter la nature, à préserver la qualité de l'air, de l'eau, à utiliser juste ce dont ils ont besoin pour que dans 50 ans ceux qui viendront puissent trouver quelque chose à leur convenance et continuer à vivre ». Il ne s'agit donc pas de compromettre la capacité des générations futures à répondre à leurs besoins.

Lors de ce premier forum, et pour que nul n'ignore l'aspect transversal du développement durable, les communications qui se sont succédé à un rythme soutenu ont été les plus diverses. Il y a eu une ouverture sur l'habitat écologique avec recours aux matériaux locaux de construction, gérés rationnellement. Les défenseurs de ce type d'habitat ont accompagné leur dire par une exposition sur l'éolienne domestique et le four solaire pour une sortie de crise énergétique. L'érosion côtière inquiète car au regard des panelistes, une bonne partie du territoire national a disparu ou est en voie de l'être. L'avancée de la mer est facilitée par l'extraction clandestine et sauvage du sable marin ajoutée à la coupe des filaos stabilisateurs de dunes. L'accent a été mis sur la nécessité de mettre en place une politique de gestion, de valorisation et de sécurisation des déchets reposant sur leur identification, classification et traitement. Cette stratégie permet d'éradiquer les menaces pesant sur la santé des populations. La décharge de Mbeubeus qui emploie 1300 personnes, génère un revenu quotidien de 13 millions de francs CFA montre tout le potentiel que recèlent les déchets solides.

L'un des points forts du forum a été la journée dédiée à la ville de Rufisque qui a mis en place un cadre de concertation pour effacer l'image de la ville sénégalaise la plus sale. L'important surtout est la forte mobilisation et participation de la population pour faire face à l'adversité de la nature. L'enjeu est de vaincre la fatalité, de sauver la vieille cité, de lui restituer son lustre d'antan avec le lancement du concept « Une naissance ! Un arbre ! Une vie ! ». Le Projet Reboisement de 50 millions de plants se déroulera en deux journées : les 24 et 25 juillet 2010. En résumé, le comportement d'un peuple vis-à-vis de son environnement est l'expression et la traduction de sa culture. Le premier forum du développement dural avec son côté festif amorce la pompe de la nécessité de prendre en compte le développement durable dans la mise en œuvre des politiques.

07 JUILLET 2010 LA GAZETTE
 

Sénégal nature et culture en images


Photos du Sénégal proposées à tous ceux qui rêvent de ce beau pays. EcoPhotos

EcoVidéos


Vidéos du Sénégal proposées à tous ceux qui rêvent de ce beau pays. EcoVidéos
artdeco-h-328x140-3.jpg

EcoReportages

 

Ecotourisme : Niokolo Koba, à la découverte d’une riche réserve de biosphère

Le chef de l’Etat, Macky Sall, a bouclé un séjour de quatre jours dans la région de T...

 

Le Sine-Saloum, l'univers de la mangrove et des bolongs

Du Sénégal, on évoque souvent Dakar la tumultueuse ou Saint-Louis la coloniale, n’oub...

 

LES DIVINITES COTIERES - Dans les antres sacrés des Lébous

Le long de la côte du Sénégal, de Saint-Louis à la Casamance, il existe des divinit...

EcoVidéos

Voir la Vidéo
Voir la Vidéo
Voir la Vidéo
Voir la Vidéo