GESTION DURABLE DES ECOSYSTEMES DE MANGROVE : Six pays de la sous-région adoptent une charte


Face à la dégradation inquiétante des écosystèmes de la mangrove dans les zones humides ouest-africaines, six pays de la sous-région, viennent d’adopter, hier à Dakar, à l’occasion d’un atelier régional organisé par Wetlands International Afrique, une charte de gestion durable des écosystèmes de mangrove ainsi qu’un plan d’actions pour la mise en œuvre.

Conscients de l’ampleur de la dégradation des écosystèmes de mangrove dans nos zones humides et des manquements et les violations des lois et règlements en vigueur dans les différents pays en manière de préservation des ressources de la flore et de la faune par les populations frontalières, les acteurs impliqués dans la gestion durable des écosystèmes de mangrove et les partenaires au développement ont procédé à la validation d’une charte et d’un plan d’actions.

Cet outil, qui sera soumis à l’adoption des Etats concernés, vise à asseoir une gestion durable des ressources de la mangrove dans la sous-région. Selon le directeur régional de Wetlands International en Afrique, Ibrahima Thiam, la charte qui s’inscrit dans la mise en œuvre du projet « Initiative mangrove en Afrique de l’ouest », contribuera à « combattre conjointement les pratiques d’exploitation abusive de la mangrove susceptibles de causer un préjudice aux communautés utilisatrices des écosystèmes de mangrove le long du littoral ouest-africain ».

Entre autres principes et modalités retenus dans la charte, on note les obligations faites aux pays de garantir la gestion durable des ressources, le partage équitable des revenus tirés de ces ressources, la préservation de l’environnement et la négociation en cas de conflit né de l’exploitation frontalière des ressources.

Désormais, chaque Etat sera tenu d’informer les autres et les communautés utilisatrices ou bien de se concerter avec eux avant d’entreprendre toute action ou projet susceptible d’impacter sur l’écosystème de mangrove. La gestion intégrée des ressources, le renforcement du cadre juridique et institutionnel mais également le contrôle de toute action de nature à modifier les caractéristiques de l’écosystème des zones humides font partie aussi des dispositions de cette charte sur la mangrove. Un plan d’actions a été également arrêté pour sa mise en œuvre. Il tient compte de certaines orientations stratégiques telles que la création de cadres de concertation et l’application des lois par les pays respectifs.

Concernant la restauration et la conservation des aires aquacoles, les pays procéderont à une classification des surfaces et à une implication des populations et des Organisations communautaires de base. Les pays signataires sont la Mauritanie, la Guinée, la Gambie, la Guinée-Bissau, le Sénégal et la Sierra-Leone.

05 MARS 2010 LE SOLEIL
 

Sénégal nature et culture en images


Photos du Sénégal proposées à tous ceux qui rêvent de ce beau pays. EcoPhotos

EcoVidéos


Vidéos du Sénégal proposées à tous ceux qui rêvent de ce beau pays. EcoVidéos
artdeco-h-328x140-1.jpg

EcoReportages

 

Ecotourisme : Niokolo Koba, à la découverte d’une riche réserve de biosphère

Le chef de l’Etat, Macky Sall, a bouclé un séjour de quatre jours dans la région de T...

 

Le Sine-Saloum, l'univers de la mangrove et des bolongs

Du Sénégal, on évoque souvent Dakar la tumultueuse ou Saint-Louis la coloniale, n’oub...

 

LES DIVINITES COTIERES - Dans les antres sacrés des Lébous

Le long de la côte du Sénégal, de Saint-Louis à la Casamance, il existe des divinit...

EcoVidéos

Voir la Vidéo
Voir la Vidéo
Voir la Vidéo
Voir la Vidéo