Le campement écotouristique Keur Bamboung


Contexte de mise en place du campement

L'objectif rechercher dans la mise en place du campement écotouristique "Keur Bamboung" est de pérenniser l’Aire Marine Protégée de Bamboung (AMP). Les bénéfices générées couvriront les charges de fonctionnement de l’AMP (salaires des surveillants actuellement bénévoles, essence, entretien du matériel, etc.) et soutiendront la Communauté Rurale dans ses attributions de développement durable (construction de cases de santé, salles de classe, puits...)

Approche et principe

Quelques principes de base du tourisme durable qui fondent "Keur Bamboung" :

  • Economiser les ressources fossiles et maîtriser les ressources renouvelables
  • Limiter et maîtriser les déchets en favorisant l’utilisation de produits biodégradables, en pratiquant la récupération et la transformation des déchets, etc.
  • Privilégier les produits locaux
  • Sensibiliser les acteurs (visités et visiteurs) à la protection de l’environnement et au respect des biodiversités
  • Maîtriser le flux des visiteurs pour optimiser la qualité d’accueil
  • Développer des activités permettant des échanges culturels par l’information, la formation et la participation de tous les acteurs
  • Adapter les technologies de pointe aux savoirs faire traditionnels, coupler l’économie touristique ainsi créée à l’économie locale pour en optimiser les retombées.

Le site

Le site a été choisi pour sa vue panoramique sur le bolong de Bamboung, sa beauté, sa diversité, son accès à l’eau douce par une source souterraine (position 13°46’N – 16°30’W), sa situation au cœur de l’Aire Marine Protégée, etc. Le campement "Keur Bamboung" qui y est construit, est une structure d’accueil de grande qualité écologique pour les visiteurs amateurs et respectueux de la nature. Cette structure a une faible capacité d’accueil : 24 personnes.

Le campement

Le local :
Le comité de gestion de l’Aire Marine Protégée de Bamboung est propriétaire du campement, alors que la communauté rurale assure la gestion du terrain.

Compte tenu de la faiblesse des ressources financières allouées à la construction du campement et du fait que les retombées économiques permettront la durabilité de la protection de l’aire marine, maçons, menuisiers, charpentiers, pailleurs, etc., issus des populations locales se sont engagés bénévolement à la construction du campement.

 

Le campement compte huit cases particulièrement spacieuses dont deux doubles. Les cases doubles permettent d'accueillir jusqu'à 6 personnes. Les cases simples sont idéales pour les couples qui recherchent la tranquillité. Les cases sont construites avec des matériaux traditionnels et le fondement est fait avec des briques en terre cuite. Ces constructions sont surplombées par de la palissade. Les portes et fenêtres sont faites de palissade et la toiture de paille. Chaque case est équipée :

  • De deux lits faits de bois sec et de bois de rônier : un lit double et un lit individuel. Chaque lit est muni d’une moustiquaire
  • Deux casiers pour les bagages : un fait de palissade et un autre fait de bois de rônier
  • Un panier de tissage artisanal faisant office de poubelle
  • Une table faite de bois de rônier
  • Une lampe néon à l’entrée de la case, une autre à l’intérieur et une dernière dans les toilettes. Ces lampes fonctionnent grâce à l’énergie solaire car chaque case est équipée d’une plaque solaire
  • Deux chaises faites de bois de rônier
  • Les toilettes sont chacune équipées d’un lavabo, d’une chaise anglaise, d’un miroir, d’une chasse alimentée par un réservoir d’eau situé à l’extérieur des cases. Cette eau est puisée au niveau du puits du campement et aseptisée à l’eau de javel.

Le traitement des déchets :
En ce qui concerne le traitement des déchets, une certaine mesure a été prise. Trois barriques sont mises à disposition :
- Une pour collecter les déchets de la cuisine comme les épluchures des légumes, qui sont des déchets dégradables. Ils sont destinés au composte pour le jardin potager du campement
- Une barrique pour brûler les papier
- Une dernière pour la collecte des métaux et plastiques qui sont des déchets non dégradables. Ces déchets sont ensuite mis dans un trou pour ne pas qu'ils s'éparpillent.

La restauration :
Le restaurant se trouve dans la case centrale du campement.
Les plats sont essentiellement préparés à base de produits locaux. Les repas à base de produit animal ou végétal protégé, menacé ou de taille non réglementaire sont exclus.

- Pour l’entrée : huîtres de palétuviers en l'état ou grillées, arches bouillies, salades, mimosa, nème.
- Pour le plat de résistance : tous les plats sénégalais (thiébou dieune, yassa, thiou boulette de poisson, etc.), les pâtes (spaghetti, nouille, etc.), poissons grillés, poisson farcis avec pommes de terre et macédoine, couscous.
- Pour le dessert : des fruits, de délicieux jus de fruits locaux, des crèmes à la vanille ou au chocolat, pain perdu (mélange de pain avec de l’essence de fruit, du lait, du sucre…), etc.

La vaisselle et accessoires locaux sont utilisés pour servir les aliments.

L’approvisionnement du restaurant est local. Les légumes proviennent du jardin potager qui dispose de concombre, tomate, gombo, manioc, aubergine, piment. Les légumes manquant au potager sont achetés soit dans les villages environnants soit à Kaolack.

Le personnel :
Tout le personnel est local : un gérant du campement, un gardien, deux personnes chargées de puiser l'eau du puits pour les besoin du campement, une femme et un homme chargés de la cuisine, deux femmes de chambre, un comptable et un serveur.

Les activités

Sentier écologique, canoë kayak, baignade à la plage, randonnée pédestre, bivouac...

 

 

Sénégal nature et culture en images


Photos du Sénégal proposées à tous ceux qui rêvent de ce beau pays. EcoPhotos

EcoVidéos


Vidéos du Sénégal proposées à tous ceux qui rêvent de ce beau pays. EcoVidéos
artdeco-h-328x140-1.jpg