L’Aire Marine Protégée de Bamboung

L’Aire Marine Protégée de Bamboung est partie intégrante du Delta du Saloum dont la diversité et la richesse de ses écosystèmes lui ont valu d’être érigé en réserve de Biosphère le 16 mars 1981. Cette réserve a été classée en partie zone humide d’importance internationale en 1984 (site Ramsar). Elle est en grande partie colonisée par les mangroves qui sont parmi les écosystèmes les plus riches du monde et sont sources de nombreuses ressources naturelles (huîtres, arches, bois de chauffe). Les mangroves sont également des sites privilégiés pour la reproduction de nombreuses espèces halieutiques.

Cependant, depuis plusieurs années, le bassin du Saloum est confronté à un processus de dégradation de son environnement et de son écosystème. Les raisons de cette dégradation sont essentiellement dues à :
- un facteur naturel (la sécheresse persistante)
- des facteurs anthropiques (pillages des eaux territoriales, mauvaises gestions des ressources naturelles par la surexploitation et aux mauvaises techniques de pêche utilisées)

Ces phénomènes de plus en importants affectent directement le milieu naturel et ont une répercussion directe sur le développement économique de la zone. Dès lors la préservation des ressources halieutiques et de la biodiversité dans la Réserve de Biosphère du Delta du Saloum devenait une réelle préoccupation pour les écologistes. Dans ce contexte, la création d’Aires Marines Protégées (AMP) apparaît comme une solution aux problèmes de gestion des ressources halieutiques au sein de la Réserve de la Biosphère du Delta du Saloum (RBDS). C’est pourquoi l’Océanium qui est une association sénégalaise de protection de l'environnement a conduit la mise en place de l’Aire Marine Protégée (AMP) de Bamboung à la suite du décret présidentiel signé au mois de novembre 2004. Cette AMP entre dans le cadre du projet "Narou Heuleuk" initié par l’Océanium et financé par le fonds français pour l’environnement mondial (FFEM).
L’Aire Marine Protégée de Bamboung (AMP) s’étend sur environ 7 000 ha et est localisée dans la partie sud du Delta du Saloum.

Elle est délimitée :
- Au Nord par le bras de mer du Diombos
- Au Sud par les forêts de Kabaye et Kolé
- l’Est par le bolong du Bandiala
- l’Ouest par la forêt de Diogaye.

D’un point de vue administratif, l’ensemble de l’AMP est localisé dans la communauté rurale de Toubacouta, dépendant du département de Foundiougne et faisant parti de la région de Fatick.

L’AMP de Bamboung est divisée en deux zones :
- Une aire centrale : le bolong de Bamboung, composé d’une zone maritime
- Une zone tampon, en périphérie de l’aire centrale, qui est constituée d’une   partie maritime et d’une zone terrestre.

* La partie maritime du parc, zone centrale de l’AMP, est essentiellement constituée par le bolong de Bamboung et ses ramifications. Ce bolong est un affluent du fleuve Diombos et a une superficie de 80 000 m2. Il est long de 12 Km à partir de l’embouchure du Diombos aux vasières de la forêt de Kolé. Sa largeur varie de 50 à 500 mètres et sa profondeur fluctue entre 0 et 7 mètres.

* En raison de la présence d’une nappe phréatique importante sur l’île Coco (rive Est), des sources souterraines se jettent dans le bolong, réduisant ainsi la salinité du fleuve. Ces conditions spécifiques créent un climat particulièrement favorable au développement de la flore et de la faune maritimes. Le bolong de Bamboung est donc parmi les plus riches en ressources halieutiques du bassin du Delta du Saloum. C'est un véritable havre de paix pour de nombreuses espèces de poissons venant se reproduire dans l'enchevêtrement des racines des palétuviers. Elle permet la réhabilitation d'espèces menacées dont le thiof (mérou bronzé), poisson emblématique du Sénégal et du lamantin. La rencontre avec les dauphins et les marsouins n'est  pas rare dans le bolong.

* La mangrove est localisée en bordure des rives de toute la zone de l’AMP. Elle couvre une superficie de 180 000 m2, tannes et vasières compris (40 000 m2), soit 36% de l’AMP.
La végétation y est abondante et différentes espèces de palétuviers s’y sont développées. C'est le lieu de prédilection de nombreuses espèces d'oiseaux (héron goliath, pélican gris, flamant rose, martin pêcheur...)

* La zone continentale est essentiellement représentée par l’île de Coco. Cette île est une savane arborée comprise entre la zone de mangrove du Bandiala, du Diombos et du bolong de Bamboung. Elle couvre une superficie de 240 000 m2 soit 48% du parc y compris les amas coquilliers anthropiques. C'est dans cette zone où vivent le guib harnaché, la hyène tachetée, le singe vert, le phacochère...

La gestion de l'AMP de Bamboung

L'Aire Marine Protégée de Bamboung est gérée par un Comité de Gestion constitué de membres issus des 14 villages périphériques que sont Sandi Coly, Médina, Sangako, Soucouta, Toubacouca, Bany, Sourou, Dassilamé, Néma, Missirah, Betenti, Bossinkang, Sipo, Diogaye. Chaque village y dispose de deux représentants (délégués)

Le comité de gestion est composé d'un président, d'un vice-président, d'un secrétaire général, d'un secrétaire général adjoint, d'un trésorier, d'un trésorier adjoint, et le reste sont des membres simples.

Le Comité de Gestion assure dans ses attributions la préservation des ressources naturelles de l'AMP en particulier la surveillance, la gestion du campement écotouristique et la sensibilisation des populations sur la nécessité de conserver les ressources naturelles et de leur utilisation durable.

Une quinzaine d'écogardes des villages environnants se relayent pour préserver leur richesse naturelle.

 

 

Sénégal nature et culture en images


Photos du Sénégal proposées à tous ceux qui rêvent de ce beau pays. EcoPhotos

EcoVidéos


Vidéos du Sénégal proposées à tous ceux qui rêvent de ce beau pays. EcoVidéos
artdeco-h-328x140-3.jpg